Son empire, Roman

Claire Castillon

Gallimard

  • par (Libraire)
    12 septembre 2021

    Son emprise

    Un roman fascinant qui nous entraîne dans la spirale infernale d'un couple dysfonctionnel. Tout nous est conté du point de vue de la petite fille qui voit peu à peu sa mère se recroqueviller et ne plus être que l'ombre d'elle même.
    Un ouvrage nécessaire pour décrypter le phénomène de l'emprise qui est fort pernicieux... l'autrice a su conter cela à merveille.


  • par (Libraire)
    1 septembre 2021

    Sincère et implacable, ce roman à l'écriture sensible et intense donne à voir la possession d'une femme par un homme pervers.
    Le mécanisme de destruction qui s'installe sous le regard de la fillette, témoin impuissant.
    Glaçant.


  • 30 août 2021

    emprise

    Il y a eu des romans sur l’emprise au sein de la famille. Ce roman-ci monte un cran au-dessus : la tension monte peu à peu.

    Des 3 personnages, nous ne connaitrons jamais les noms.

    C’est la petite fille de 7 ans qui parle. Elle vit avec sa mère dans une grande ville. Un jour, l’amant de sa mère arrive dans la famille. Il se lie d’amitié avec elle, joue beaucoup et la défend contre sa mère.

    La petite fille grandit, et voit sa mère se transformer : elle fond littéralement. Et l’amant s’est installé chez elles.

    Comment, exactement, exerce-t-il son emprise ? On ne le saura jamais car la narratrice ne peut pas l’analyser.

    Le récit fait parfois sourire jaune, la mère cherchant toujours à minimiser ce qui lui arrive.

    Les phrases très courtes m’ont parfois agacées, mais j’ai aimé l’ambiance qui se dégage des pages de ce livre.

    J’ai aimé certaines expressions comme des leitmotivs : la mère à la besogne ; la Patarev noire qui englue la mère ; la mère qui recoud toujours les vêtements et les gens ; les Kapla qui écrasent et s’écroulent ; le camembert Neuchâtel comme un cadeau preuve d’amour ; la plombière à la banane….

    J’ai aimé l’image de la petite fille : le mauvais côté du beau-père est resté en Albanie après les vacances. Mais parfois, l’Albanais revient….

    Un roman qui se termine en apothéose de façon glaçante.

    Une citation : j’ai compris ce qui s’est passé. Il ne peut pas avoir accès à ce qu’il doit corriger en lui, alors il reprend les autres, il les note, il les récompense. (p.113)

    L’image que je retiendrai :

    Celle des parties du corps du beau-père comparé à des féculents.


  • 28 août 2021

    Emprise et perversion dans le couple, contées à hauteur d'enfant. Actuel et implacable.
    - Guillaume -


  • 25 août 2021

    Rentrée terrible !

    Son Empire, c'est l'histoire de l'emprise d'un homme sur des femmes. D'une enfant qui voit sa mère être vampirisée, consentante sans l'être tout à fait, sous l’œil d'une fillette pas si dupe.

    Plume vertigineuse sur un quotidien banalement terrible, taillé à la hache. Génial !


  • par (Libraire)
    19 août 2021

    Glaçant

    Ce roman de Claire Castillon est d'une redoutable efficacité
    On sort de ce roman éreinté, bouleversé. C'est l'histoire d'un lent effondrement. Une femme comme engluée dans une toile d'araignée, sous l'emprise d'un homme pervers, toxique. Vu par le regard, lucide, de la petite fille, rien n'est dit, et tout est dit.

    Haletant, et glaçant.

    Vanessa