Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar
EAN13 : 9782357070950
ISBN :978-2-35707-095-0
Éditeur :Fosse aux ours
Date Parution :
Nombre de pages :200
Dimensions : 21 x 13 x 1 cm
Poids : 258 g

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar

De

Voici l'histoire de Tomas Kusar, garde-barrière à Trutnov (Tchécoslovaquie), un jeune homme simple, amoureux de la nature et passionné par la photographie.
Il mène une existence paisible, jusqu'à sa rencontre avec Václav Havel, dramaturge dissident et futur président de la République. Une rencontre qui va changer sa vie.
Le dernier roman d'Antoine Choplin s'intéresse comme souvent aux humbles, aux sans-grade et montre comment, parfois, le destin les porte, les fait basculer du côté des justes et participer, presque par hasard, à la grande Histoire.
Un roman sur l'amitié et l'engagement.

Antoine Choplin (Auteur) a également contribué aux livres...

Nord-Est

Nord-Est

Antoine Choplin

Fosse Aux Ours

En stock, expédié aujourd'hui 18,00 €
Partiellement nuageux

Partiellement nuageux

Antoine Choplin

Fosse Aux Ours

En stock, expédié aujourd'hui 16,00 €
Une forêt d'arbres creux

Une forêt d'arbres creux

Antoine Choplin

Points

En stock, expédié aujourd'hui 5,90 €
Une forêt d'arbres creux

Une forêt d'arbres creux

Antoine Choplin

Fosse Aux Ours

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 16,00 €
L'incendie

L'incendie

Antoine Choplin, Hubert Mingarelli

Fosse Aux Ours

Indisponible sur notre site
Les gouffres

Les gouffres

Antoine Choplin

Fosse Aux Ours

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 16,00 €
En savoir plus sur Antoine Choplin

3 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Dissidence

5 étoiles

Par .

Tchécoslovaquie, avant l’emprisonnement de Vaclav Havel.

Dans une petite ville de province, lors d’une représentation d’un de ses spectacle, il se lit d’amitié avec Tomas Kusar, simple cheminot qui aime photographier les écorces d’arbres.

Petit à petit, au fil des années, Tomas devient actif dans le mouvement dissident mené par Havel. De petites choses : poster des lettres, recopier des textes, et les cacher. Mais cela lui vaut tout de même des interrogatoires et la surveillance de la police.

Jusqu’au Grand Soir.

J’ai aimé suivre Vaclav, de loin.

J’ai aimé le parcours de Tomas, si peu politique et pourtant si engagé, pour ses ami(e)s.

Lenka, son amoureuse, m’a fait de la peine, jeune fille si pleine d’avenir pourtant.

Un texte minimaliste, comme toujours avec Choplin, une prose qui va à l’essentiel.

L’image que je retiendrai :

Celle des photographies de Tomas : au départ, des écorces d’arbres, puis, au fur et à mesure de son engagement, des hommes.

https://alexmotamots.fr/quelques-jours-dans-la-vie-de-tomas-kusar-antoine-choplin/

coup de coeur

5 étoiles

Par .

Vous le savez tous, il est de ces auteurs qu'on retrouve de roman en roman avec le même plaisir que si on retrouvait un ami. C'est exactement le cas pour moi avec Antoine Choplin. Découvert avec Le Héron de Guernica, j'ai commencé à adorer sa plume avec La nuit tombée, que j'étais même persuadée de retrouver dans la liste du Goncourt. Naïve que je suis, j'avais oublié qu'il n'était pas dans une grande maison d'édition. C'est le cinquième roman que je lis de lui (et la bonne nouvelle, c'est qu'il m'en reste encore) et si j'ai tout aimé, il y a des romans qui me touchent plus que d'autres. J'ai retrouvé dans Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar l'émotion éprouvée à la lecture de La Nuit tombée. Dans un style épuré, Antoine Choplin décrit une amitié qui se tisse, qui s'approfondit, qui doute ou qui faille parfois. Il est assez rare que je ne puisse expliquer ce qui me plait dans une écriture et pourtant, j'éprouve cette même difficulté à chaque fois que j'écris un billet sur un roman de cet auteur. Suffit-il de dire que j'aime beaucoup pour vous donner envie? J'ai envie de croire que oui. Je suis ravie de savoir que le festival Terres de Paroles normand me donnera l'occasion de le rencontrer plusieurs fois et même de partager une randonnée en forêt autour de ses lectures. J'espère qu'il finira par avoir enfin la visibilité qu'il mérite dans les média, il mérite par exemple amplement une invitation à La Grande Librairie.

5 étoiles

Par .

Beaucoup de douceur, d'humanité, de tranquillité dans ce roman qui pourtant parle de dissidents, de gens qui s'opposent au pouvoir en place et qui sont arrêtés, interrogés, emprisonnés. Mais leur soif de liberté est plus forte, ils courbent l'échine, le temps que l'orage passe et qu'ils puissent se relever sans crainte. Pas pour revendiquer une quelconque fierté ou de vagues avantages le jour où leur combat sera gagné. Non, Tomas est modeste, discret et le restera jusqu'au bout. Lui, c'est un homme de la nature, il aime les arbres, les fleurs, il photographie les écorces simplement sans se douter que ses clichés peuvent être formidables. Antoine Choplin écrit admirablement ces passages : "Les blessures d'écorces, voilà ce à quoi il se consacrait ces derniers temps lors de ses promenades, photographiant les plus singulières d'entre elles. Discrètes ou béantes, sculptées en relief ou en creux, traits d'élégance ou plaies difformes. Et c'est au tronc des bouleaux, clair et soyeux, qu'elles lui semblaient, plus que sur les autres essences, prendre toute leur force." (p.79/80).

[Lire la suite ...]