Un Funambule
EAN13 : 9782812615085
ISBN :978-2-8126-1508-5
Éditeur :Le Rouergue
Date Parution :
Collection :La Brune au Rouergue
Nombre de pages :83
Dimensions : 21 x 14 x 0 cm
Poids : 132 g

Un Funambule

De

Vendu par Librairie Clareton des Sources (Béziers 34500)

12.00€


Un jeune homme est réfugié dans la maison de vacances de ses parents, en bord de mer. Cela ne « va » pas, tout l’engloutit, la pensée de sa mère, sa relation avortée à la seule femme qu’il ait aimée, sa non-existence sociale. C’est un être effrondré, un funambule qui marche au-dessus du vide. Alors qu'il retrouve les siens pour la fête des mères, il apprend qu'il doit se rendre avec son père à un rendez-vous médical dont il ne sait rien. Après La maladroite et L’administrateur provisoire, Alexandre Seurat poursuit son exploration des failles familiales. Il plonge le lecteur dans un monde sans repères, dont on ne sait si l’absence de limites tient à la folie du personnage ou à la violence du monde extérieur.

Alexandre Seurat (Auteur) a également contribué aux livres...

La maladroite

La maladroite

Alexandre Seurat

Actes Sud

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 5,90 €
L'administrateur provisoire

L'administrateur provisoire

Alexandre Seurat

Le Rouergue

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 18,50 €
La maladroite

La maladroite

Alexandre Seurat

Le Rouergue

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 13,80 €
En savoir plus sur Alexandre Seurat

1 Commentaire 3 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

3 étoiles

Par .

Le narrateur est un jeune-homme sans repères.
Il est effondré, socialement et affectivement.
En état de crise, il marche au-dessus du vide, comme un funambule. Tous ses points d’ancrage disparaissent et il glisse doucement vers le néant.
Il y a lui, et il y a les autres, « dehors », sans points de rencontre.

L’analyse de cette descente vers le vide est très subtile.
L’écriture est belle.
Mais quelle désespérance, quelle solitude, pointent entre les lignes et laissent le lecteur dans un profond malaise.
A ne pas lire en période de déprime.