Bluff
EAN13 : 9782234079823
ISBN :978-2-234-07982-3
Éditeur :Stock
Date Parution :
Collection :La Bleue
Nombre de pages :384
Dimensions : 22 x 14 x 2 cm
Poids : 370 g
Langue : français

Vendu par Librairie Clareton des Sources (Béziers 34500)

20.00€
« Silence quand il entra, pas un regard sur lui – il aurait pu être un fantôme. Dehors il pleuvait froid, c’était la tempête. Dockers et pêcheurs désoeuvrés : si cette assemblée d’hommes ne vous dissuadait pas, c’est que vous cherchiez
les histoires. On ne poussait jamais par hasard la porte de l’Anchorage Café, surtout en plein hiver austral, quand les rafales soufflées de l’Antarctique tourmentaient sans répit le sud de la Nouvelle-Zélande. On apercevait d’ici la fumée blanche des déferlantes qui saccageaient depuis deux jours les eaux pourtant abritées de Bluff Harbour. Au large, c’était l’enfer. »

David Fauquemberg (Auteur) a également contribué aux livres...

Image manquante

Andalousie, Séville, Grenade, Cordoue

David Fauquemberg

Gallimard Loisirs

Précommande, réservé ou expédié chez vous le 03/01/2019 15,50 €
Image manquante

Espagne, côte est, Barcelone, Valence, Saragosse

Julie Subtil, David Fauquemberg

Gallimard Loisirs

Précommande, réservé ou expédié chez vous le 03/01/2019 15,50 €
Cuba

Cuba

Gilles Guérard, David Fauquemberg, Martin Angel

Gallimard Loisirs

En stock, expédié lundi 16,50 €
New York, Manhattan, Brooklyn

New York, Manhattan, Brooklyn

David Fauquemberg, Antoine Besse, Carole Behn, Christine Barrely

Gallimard Loisirs

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 14,90 €
Barcelone

Barcelone

Julie Subtil, Séverine Bascot, David Fauquemberg

Gallimard Loisirs

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 9,90 €
Filles du djihad

Filles du djihad

Tabish Khair

Éditions Du Sonneur

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,00 €
En savoir plus sur David Fauquemberg

Vidéo

© Librairie Dialogues

5 questions posées à David Fauquemberg qui nous parle de son livre "Bluff" paru aux éditions Stock.

4 Commentaires 4 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Au cœur de la tempête

5 étoiles

Par .

Dans « Nullarbor », prix Nicolas Bouvier 2007, David Fauquemberg nous emmenait sur les terres aborigènes australiennes. Avec « Bluff », on repart au bout du monde, à la pointe la plus australe de la Nouvelle-Zélande où s’ancre ce roman marin.

**Etranger au bout du monde**

On ne connaîtra jamais son nom, il reste l’étranger ; lorsqu’il pousse la porte de l’Anchorage Café, dans la ville portuaire de Bluff, le Français arrive au terme d’un long voyage. Très vite, il est embauché par Rongo Walker, propriétaire maori d’un bateau de pêche qui s’apprête à appareiller pour la saison de la langouste. Taiseux et travailleur, le Français tient sa place sur le caseyeur Toroa où il fait équipe avec Tamatoa, un Tahitien loyal et fort. Ici comme ailleurs, la pêche est devenue difficile.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

4 étoiles

Par .

Mieux vaut avoir le pied marin pour monter à bord du caseyeur de Rango Walker qui nous embarque pour une mémorable semaine de pêche à la langouste en Nouvelle Zélande. Au sud de l'île du sud dans la spectaculaire région du Fiorland.
En compagnie du vieux capitaine maori, d'un second tahitien et d'un "bleu" français, il va falloir prendre tous les risque pour débusquer le filon miraculeux, celui qui va sauver la saison de pêche. Et croyez moi, ça va secouer ! J'en ai presque eu le mal de mer…. Mais j'ai pris un immense plaisir à partager l'aventure avec ces trois hommes, à les voir à l'ouvrage, travailler comme des forcenés, se battre contre la mer déchaînée et ses vagues monstrueuses de 20 m de haut soulevées par la tempête hivernale. Ça fait vraiment peur !
J'avais tellement l'impression d'y être, de faire corps avec eux pour tenter de rentrer à bon port que je n'ai pas su prêter une oreille attentive aux voix polynésiennes de Papa Marii le pêcheur, d'Hone le poète et de Mau le navigateur. J'étais bien trop impatiente de retrouver la seule compagnie des trois hommes et de leur complicité silencieuse.
Le roman de David Fauquemberg est une belle découverte mais qui ne peut être totale, à mon avis, qu'en ayant une image précise des lieux qu'il évoque. Je n'aurai jamais imaginé un tel paysage de fjords en plein Pacifique Sud et je vous conseille d'y faire un petit tour via une vue satellite pour en apprécier la singularité. Vous allez être bluffé !

Entre Maoris, marins et amitié ...

3 étoiles

Par .

Vous avez envie de connaître les tempêtes, les silences, les amitiés et le mythes des îles de la Nouvelle-Zélande, alors "bon vent" et laissez vous happer car cela vous guette tant ce récit est servi par une écriture puissante mais presque pudique aussi ... vous serez là, ils le disent, au bout du bout du monde !
L'Océanie,oui, mais TOUTE l'Océanie sans le tourisme ni les vacanciers ! Ses croyances, ses coutumes, "sa" mer, vous ne regarderez plus une langouste sans penser à eux, à leurs échanges, à leur partage, à leur vie et pas seulement ...
Un beau roman, empli de contrastes et d'une humanité que l'on effleure un peu toutes voiles dehors ...

Comme une grande vague

5 étoiles

Par .

Septembre à Bluff Harbour, là-bas au sud de l'île du Sud de la Nouvelle Zélande. Débute la saison de la pêche aux langoustes, rude métier pour ces hommes, dont le salaire dépendra de ce qu'ils rapporteront, même si pour y parvenir, ils doivent mettre leur vie en danger. Le Français ( Frenchie) est arrivé là, au bout d'une longue marche, et c'est à l'Anchorage Café qu'il rencontre Rongo Walker, skipper sur le bateau de pêche qu'il a hérité de son père, et Tamatoa, un colosse tahitien, second sur le navire. Ils vont partir ensemble, sur le "Toroa" et connaître des jours d'amitié et d'épreuves, avec , pour toutes distractions, les récits de Rongo Walker, qui disent les dieux et les hommes, les poètes et les aventuriers.
Un livre inoubliable, qui fait voyager dans la lointaine et froide Océanie, celle qu'on ignore, parce que ce n'est pas celle qu'on montre sur les cartes postales. Et l'écriture de David Fauquemberg est si forte, si ample, qu'on ne peut s'empêcher de la comparer aux immenses vagues de la mer de Tasman.