Madame de Sévigné ou La chance d'être femme
EAN13 : 9791021000414
ISBN :979-10-210-0041-4
Éditeur :Tallandier
Date Parution :
Collection :TEXTO
Nombre de pages :690
Dimensions : 1 x 1 x 0 cm
Poids : 398 g

Madame de Sévigné ou La chance d'être femme

Madame de Sévigné (1626-1696), célèbre sans avoir jamais rien publié, demeure sans doute l'écrivain français le plus cité et le moins connu. Seules ses lettres adressées à sa fille seront publiées plus de trente ans après sa mort. Rien de moins monotone pourtant que l'existence de la célèbre marquise, toute en contrastes. Orpheline et enfant gâtée, jeune femme trompée et pourtant guillerette, veuve courtisée à la réputation parfois chancelante, frondeuse et proche du pouvoir, parisienne et provinciale, elle a été tout cela avant de devenir une mondaine brillante.

Née Rabutin-Chantal, mariée très tôt, la jeune marquise... Marie de Sévigné › Lire la suite connaît auprès de son mari l'expérience malheureuse d'une vie conjugale sans amour. La trahison de son époux tué dans un duel pour les beaux yeux de sa maîtresse la laissa désabusée. Très courtisée, sans doute amoureuse de Fouquet, elle prend la décision de rester sans attaches et se dévoue corps et âme à sa fille Françoise. En la mariant au comte de Grignan, que sa charge oblige à résider en Provence, Madame de Sévigné s'arrache le cœur. Amputation d'autant plus cruelle que Françoise de Grignan, trop longtemps étouffée par la personnalité d'une mère très belle et très brillante, éprouve un réel soulagement à s'en éloigner... Commence alors entre la mère et la fille une correspondance dont le chantage affectif, la menace, les cris, l'amour, la haine ne sont jamais absents. Ses lettres révèlent un grand écrivain. Avec plusieurs siècles d'avance, elle a misé sur la spontanéité et la sincérité. Drôle, tendre, désespérée, déchirée entre des sentiments très terrestres et sa crainte de Dieu, la marquise enseigne dans un genre inédit l'art d'être femme, mère et... libre résolument.

A soixante-dix ans, elle meurt au château de Grignan. De l'exubérance baroque au dépouillement janséniste, sa vie se déroule et se lit comme un roman dont l'héroïne, mieux que personne, a vu et raconté tout son siècle.

Editeur de Madame de Sévigné à la Bibliothèque de la Pléiade, Roger Duchêne a aussi publié les œuvres complètes de Mme de La Fayette chez Bourin Julliard-Laffont. A cette femme, à La Fontaine, à Ninon de Lenclos, il a consacré chez Fayard des biographies qui font autorité. Son Molière lui a valu le Grand Prix de la biographie littéraire de l'Académie française.

Commentaires

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.