Standard
EAN13 : 9782081315006
ISBN :978-2-08-131500-6
Éditeur :Flammarion
Date Parution :
Collection :Littérature française
Dimensions : 21 x 13 x 1 cm
Poids : 295 g
Langue : français
Langue originale : français

Standard

De

Bruno Kerjen avait la certitude que le "monde réel était fait d'hommes et de femmes à son image, qui pouvaient être remplacés, sans que personne remarque la différence de l'un, de l'absence de l'autre". Employé d'une entreprise de composants électroniques, cet homme de 35 ans n'attendait rien de la vie. A l'occasion d'un week-end passé chez sa mère, près de Saint-Malo, il recroise Marlène. La toxique Marlène de ses années de lycée. Bruno Kerjen, qui s'était comme protégé jusque-là d'éprouver tout sentiment, a désormais un rêve : Marlène.

Nina Bouraoui (Auteur) a également contribué aux livres...

Otages / roman

Otages / roman

Nina Bouraoui

Jc Lattès

En stock 18,00 €
Tous les hommes désirent naturellement savoir
En stock 7,40 €
Tous les hommes désirent naturellement savoir
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,00 €
Beaux rivages / roman

Beaux rivages / roman

Nina Bouraoui

Le Livre De Poche

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,90 €
Beaux rivages

Beaux rivages

Nina Bouraoui

Jc Lattès

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,00 €
Alger sous le ciel

Alger sous le ciel

Halim Faïdi, Malek Alloula, Nina Bouraoui

Bec En L'Air

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 25,00 €
En savoir plus sur Nina Bouraoui

Extrait

Standard [PDF]


2 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Une seule envie nommée Marlène

4 étoiles

Par .

Bruno Kerjen est un homme standard. Il fait partie " des mecs qu’on voit sans voir, qu’on fréquente sans aimer". Il travaille à Supelec comme assembleur de cartes électroniques, un métier touché par la crise économique, en perte de vitesse depuis la concurrence chinoise. Sa vie se passe entre son métier où il n’a aucune ambition, son petit logement de Vitry où il contemple une fantomatique tache noire au plafond, reflet de ses sinistres pensées et quelques voyages dans sa Bretagne natale pour voir sa mère veuve depuis peu et son ami d’enfance Gilles, autre célibataire assez rustre et comparse de beuveries.
Sa mère trop attachante et soumise lui a donné le dégoût des femmes et ses activités sexuelles se résument aux conversations pornographiques par téléphone. La méfiance de son père a brimé toutes ses ambitions, suscitant plutôt la honte et la peur de l’échec.

[Lire la suite ...]

un loser perdu

5 étoiles

Par .

Avec " Standard ", Nina Bouraoui change de registre et décrit les rouages de la médiocre vie d’un raté ordinaire. Bruno Kerjen a la trentaine. Breton d’origine, il s’est exilé à Paris, où il exerce un métier d’ouvrier en électronique en dessous de ses compétences chez Supélec, une entreprise qui subit de plein fouet la crise financière. Célibataire endurci, il refuse toute relation amicale ou amoureuse et sa vie s’organise entre ce travail de plus en plus stressant et son domicile de Vitry sur Seine, où il remplit son temps libre de « junk food » et de fantasmes sexuels téléphoniques. Le décès de son père, la solitude de sa mère et sa seule amitié avec un camarade de lycée, Gilles, aussi paumé que lui, le ramènent parfois dans sa Bretagne natale. C’est là qu’un jour, cette existence terne et solitaire va basculer. Bruno va recroiser Marylène, la seule qui, à l'époque du lycée, avait suscité chez lui un semblant d’émotion. Revenue d’un exil en quête de rêves de grandeur, la belle va réveiller le feu chez cet anti-héros trop longtemps engourdi. Cette histoire peut paraître glauque. Elle l’est, d’une certaine façon. Mais à travers ce portrait psychologique d’un « loser » attachant, Nina Bouraoui passe au scalpel une époque faite de laisser-allers individuels et collectifs, et nous met face à la question essentielle du sens de nos destins. Qu’est-ce que réussir sa vie ? Jusqu’où peut-on se résigner ? Doit-on oublier nos rêves de jeunesse pour cadenasser nos existences dans le précaire confort de chemins qui semblent « rassurants »? Avec " Standard ", Nina Bouraoui signe l'un de ses meilleurs romans.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u