Si tout n'a pas péri avec mon innocence
EAN13 : 9782070459209
ISBN :978-2-07-045920-9
Éditeur :Folio
Date Parution :
Collection :Folio (5803)
Nombre de pages :384
Dimensions : 18 x 17 x 1 cm
Poids : 192 g
Langue : français

Si tout n'a pas péri avec mon innocence

De

Ce livre raconte comment l'esprit vient aux filles. On y apprendra, entre autres : - comment naître à neuf ans - comment survivre à la perte de l'innocence - comment grandir sans sombrer - comment aimer l'autre sans souhaiter sa diminution - comment faire entendre la musique de l'alexandrin - comment désirer sans fin - comment remettre sa vie dans le bon sens.
Emmanuelle Bayamack-Tam est née en 1966 à Marseille. Elle vit et enseigne en banlieue parisienne. Si tout n'a pas péri avec mon innocence a reçu le prix du roman Ouest-France Étonnants Voyageurs 2013 et le prix Alexandre-Vialatte 2013.

Emmanuelle Bayamack-Tam (Auteur) a également contribué aux livres...

Arcadie

Arcadie

Emmanuelle Bayamack-Tam

P.O.L.

En stock, expédié aujourd'hui 19,00 €
Je viens

Je viens

Emmanuelle Bayamack-Tam

Folio

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,90 €
EbookJe viens

Je viens

Emmanuelle Bayamack-Tam

Pol Editeur

Indisponible sur notre site
Je viens

Je viens

Emmanuelle Bayamack-Tam

P.O.L.

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,90 €
EbookTout ce qui brille, roman

Tout ce qui brille, roman

Emmanuelle Bayamack-Tam

Pol Editeur

Indisponible sur notre site
Si tout n'a pas péri avec mon innocence, roman
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,50 €
En savoir plus sur Emmanuelle Bayamack-Tam

1 Commentaire 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

Famille, je vous hais

5 étoiles

Par .

Déjà le titre, " Si tout n’a pas péri avec mon innocence ", étrange alexandrin au contenu mystérieux, déjà le titre nous emporte. Mais la première phrase, elle, nous sidère : « Quand ma grand-mère tente de refermer les cuisses, la sage-femme l’en empêche et entreprend de bouchonner sans ménagement son périnée endolori ». Voilà, on est dans le nouveau Bayamack-Tam et on ne va plus en sortir. Plus de 400 pages à se mettre dans la peau de Kim, et Kim raconte : l’accouchement de sa grand-mère, la complexe vie de sa famille, sa découverte de la sexualité, les métamorphoses de son corps de petite fille en celui d’une ado 90 bonnets C, et surtout son amour pour Baudelaire, « le seul Charles qui vaille ». On va en ressortir ravi, mais épluché.

Roman d’initiation donc, radical. Kim est née dans une famille bête et méchante, avec une mère qui ressemble à  la marâtre de Blanche-neige qui serait affublée d’un bec-de-lièvre, des sœurs qui font furieusement penser à celles de Cendrillon, et deux petits frères innocents, qu’elle appelle ses « agneaux ». Ajoutez à cela un père mignon mais inexistant, un grand-père vieux- beau un peu trouble, une grand-mère à peu près normale mais parfois absente au monde. Voilà pour l’ambiance, et pour le décor on est dans le sud de la France, dans une petite ville au bord de la mer. Kim dit qu’elle est née à neuf ans, lorsqu’elle a décidé de prendre sa vie en main et de ne plus compter sur sa famille. Amour éperdu et contrarié pour une jeune prof de gym, dépucelage par son boy-friend, expérimentation de la prostitution comme pratique libératoire, passion érotique pour la belle et sculpturale Charonne, et surtout la lecture, la lecture, la lecture, parce que c’est bien la poésie qui sauve Kim du milieu nocif où elle a grandi. Ce long texte nous bouscule. Il est même parfois tragique, puisqu’un des petits frères ne survivra pas à cette famille destructrice, mais encore, et ce n’est pas la moindre de ses qualités, il est plein d’humour. Emmanuelle Bayamack-Tam est **LA** romancière à lire tout de suite. En une demi-douzaine de titres, tous  publiés chez POL, elle a affiné une phrase, efficace, qui sonne toujours juste et nous agrippe. Surtout, elle creuse et retourne inlassablement les mêmes thématiques : le corps et ses transformations, la ou plutôt les sexualités, la douleur terriblement humaine d’être assigné à un genre, d’être coincé dans une enveloppe charnelle qui ne nous convient pas forcément. Bayamack-Tam s’affirme aujourd’hui comme un auteur très singulier construisant une œuvre cohérente et dérangeante. C’est plus que de la modernité : c’est redoutablement intelligent.

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u