Le fleuve des brumes

Le fleuve des brumes

De Valerio Varesi
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,20 €
lundi 02 décembre 2019 4 étoiles

Comme à mon habitude, je lis à rebours cette série des enquête de Soneri.
Cette première enquête nous emmène sur le rives du Pô en pleine crue : un batelier est porté disparu, sa péniche s’est échouée loin de son point de départ. Encore plus étrange, son frère est décédé au matin, jeté d’une fenêtre d’un hôpital.
Le commissaire Soneri se rend donc sur les berges du Pô et tente de faire parler les marins taiseux. Pas facile, dans ces conditions, de découvrir qui a tué le marin, et pourquoi.
Encore une fois, j’ai aimé suivre Soneri loin du bruit et de la fureur et découvrir un monde particulier : celui des bateliers.

L’enquête emmènera Soneri à se pencher sur les exactions de la Guerre commises entre partisans de la République de Salo et communistes.
Comme le fleuve, le passé ressurgit parfois où on ne l’attend pas.

L’image que je retiendrai :

Celle d’Angela voulant faire l’amour partout sauf dans le lit de Soneri entre ses deux tables de nuit hideuse et sous une image de la Sainte Vierge.

https://alexmotamots.fr/le-fleuve-des-brumes-valerio-varesi/


Dans la combi de Thomas Pesquet

Dans la combi de Thomas Pesquet

De Marion Montaigne
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,50 €
lundi 02 décembre 2019 5 étoiles

Voilà un moment que je voulais découvrir les aventures de Thomas Pesquet (depuis son séjour dans la Station Spatiale Internationale, en fait). J’avais suivi de loin ses exploits. Mais comment échapper au plan com’ d’alors ?

Ce que j’ai aimé dans cette bande dessinée, c’est qu’elle nous montre l’envers du décor : la vocation depuis tout petit-petit, les études imposées et le métier de pilote accessoire, les peurs de la famille, l’isolement loin de sa femme, et les kilos de documentations techniques à apprendre.

Bref, une formation qui en dégouterait plus d’un. Sans oublier les déceptions de ne pas être encore sélectionner pour partir.
Quel moral d’acier, dans tous les sens du terme. J’ai adoré l’humour et le ton parfois décalé. Un excellent moment de lecture !

Et non, de découvrir l’envers du décor même dans la station, on ne voit plus l’exploit de la même façon….

https://alexmotamots.fr/dans-la-combi-de-thomas-pesquet-marion-montaigne/


Le peintre d’éventail

Le peintre d’éventail

De Hubert Haddad
En stock, expédié aujourd'hui En stock, expédié aujourd'hui 6,80 €
jeudi 21 novembre 2019 4 étoiles

Au Japon, il existe des Trésors Vivants, mémoires de traditions.
Ce roman raconte comment Matabei a sauvé le travail d’un peintre d’éventail. C’est au fin fond de la contrée d’Atôra, au nord-est de l’île de Honshu, que Matabei se retire pour échapper à la fureur du monde. Dans cet endroit perdu entre montagnes et Pacifique, se cache la paisible pension de dame Hison dont Matabei apprend peu à peu à connaître les habitués, tous personnages singuliers et fantasques.

Attenant à l’auberge, se déploie un jardin hors du temps.
Insensiblement, Matabei s’attache au vieux jardinier et découvre en lui un extraordinaire peintre d’éventail. Il devient le disciple dévoué de maître Osaki.
J’ai retrouvé le style si particulier de l’auteur : des adjectifs parfois surannés, des descriptions de plantes et de fleurs.
J’ai aimé découvrir les personnages de cette pension, comme au détour d’un chemin.
Pourtant, je n’ai pas été sensible ni aux personnages ni à la nature abondamment décrite.
J’ai aimé les haïkus qui parsèment le texte.
La dernière partie, pendant et après la catastrophe, m’a bouleversée.
Un roman fort sur la permanence de la nature, son éternel retour, et l’homme qui écrit sur du vent.
L’image que je retiendrai :
Celle du mont que peint le poète sur ses éventails.
Quelques citations :
Peindre un éventail, n’était-ce pas ramener sagement l’art à du vent ? (p.45)
Quelle force obstinée vous restitue au monde, après l’apocalypse ? (p.142)
Mais le jardin renaîtra, un matin de printemps, c’est bien la seule chose qui importe. (p.188)
https://alexmotamots.fr/le-peintre-deventail-hubert-haddad/


La Maison allemande

La Maison allemande

De Annette Hess
En stock, expédié aujourd'hui En stock, expédié aujourd'hui 23,00 €
jeudi 21 novembre 2019 3 étoiles

L’héroïne du roman, Eva, fille des propriétaires d’un modeste restaurant de Francfort-sur-le-Main, s’apprête à se fiancer avec un jeune héritier de la ville quand débute le « second procès d’Auschwitz » (1963) où doivent être jugés les crimes des dignitaires nazis.
Eva a suivi des études d’interprète, elle maîtrise la langue polonaise : le tribunal la contacte pour lui proposer d’assurer, durant les audiences, la traduction instantanée des dépositions que feront les survivants du camp.
Ignorant tout de ce passé, bravant les vives réticences de ses propres parents et celles de son fiancé, Eva décide de suivre son instinct et d’accepter cette mission.
S’ouvre alors devant elle le long chemin d’une prise de conscience qui engage sa famille, mais qui concerne également toute la société de son temps.
Un roman honnête sur la difficile découverte par les enfants du passé nazi de leurs parents.
Un passé qui a forcément des répercussion : la fille aînée et soeur d’Eva, qui travaille dans le service de natalité de l’hôpital, a des troubles psychiatriques.
Le personnage de David, l’assistant canadien, m’a complètement échappé.
Beaucoup de descriptions d’odeurs et de parfums.
Quelques tics d’écriture : il est souvent question de bulles (de savon, du souvenir, de l’eau qui boue) – les personnages utilisent 3 doigts – beaucoup d’adjectifs.
L’image que je retiendrai :
Celle des oies que le père d’Eva cuisine divinement.
https://alexmotamots.fr/la-maison-allemande-annette-hess/


Encre sympathique

Encre sympathique

De Patrick Modiano
En stock, expédié aujourd'hui En stock, expédié aujourd'hui 16,00 €
jeudi 21 novembre 2019 4 étoiles

Cuvée 2019.
J’ai trouvé ce nouveau roman moins brumeux que les précédents (même si je ne les ai pas tous lus, je garde ce souvenir).
J’ai aimé la mémoire par bribes du personnage principal.
Qui est Noëlle Lefebvre, et pourquoi a-t-elle subitement disparue ?
L’auteur nous emmène dans les cafés parisiens et Rome en passant par la région d’Annecy.
Une lecture sympathique et un livre hérisson.

Quelques citations :
Mais je n’avais pas l’habitude ni le goût de me tourner vers le passé. (p.83) : un peu d’humour
Cela me confortais dans l’idée que, si vous avez parfois des trous de mémoire, tous les détails de votre vie sont écrits quelque part à l’ence sympathique. (p.93)
Ne serait-il pas préférable de laisser autour de soi des terrains vagues où l’on puisse s ‘échapper ? (p.102)
Je n’ai jamais respecté l’ordre chronologique. Il n’a jamais existé pour moi. Le présent et le passé se mêlent l’un à l’autre dans une sorte de transparence, et chaque instant que j’ai vécu dans ma jeunesse m’apparait, détaché de tout, dans un présent éternel. (p.105)
https://alexmotamots.fr/encre-sympathique-patrick-modiano/