Gâteaux nuage

Gâteaux nuage

De Déborah Landini
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 7,99 €
mardi 15 janvier 2019 5 étoiles

"Si je te l'achètes, tu m'en feras ?"
Question de ma tante Olga, brandissant "Gâteau nuage" au milieu de la librairie Kléber à Strasbourg. Et comme je ne sais résister ni à un livre ni à un gâteau ni à ma tante, me voilà en possession de l'ouvrage de la blogueuse Maman pâtisse, Déborah Landini de son vrai nom. Très vite, j'ai fait le gâteau nuage de citron meringué qui m'a fait de l’œil sur la couverture. Et là, coup de foudre, coup de cœur, coup de "je vais encore prendre des kilos !". Un biscuit moelleux, une mousse aérienne dont la légère acidité est contrebalancée par la délicieuse couche de meringue italienne et le tout qui fond en bouche comme un... nuage ! Bref, comme je suis monomaniaque, je n'ai pas testé toutes les recettes, juste le nuage praliné (excellent) et, côté salé, le nuage munster/cumin (original), mais par contre j'ai enchaîné les nuages au citron à un rythme infernal. Avec succès d'ailleurs puisque le bouquin est devenu un best-seller familial. Mon père a fait son nuage citron, ma tante Sonia a fait son nuage citron. Et ma tante Olga ? Elle s'est acheté le livre et un cercle à pâtisserie...


Japon

Japon

Trevisan, Irena
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 41,00 €
Dimanche 13 janvier 2019 3 étoiles

L'italienne Irena Trevisan nous offre un vaste panorama du Japon, des neiges d'Hokkaïdo jusqu'aux plages d'Okinawa. Pays fascinant dont on aime dire qu'il allie tradition et modernité, le Japon offre une variété de paysages naturels et d'autres façonnés par l'homme. Temples, sanctuaires et jardins zen côtoient buildings et enseignes lumineuses. La modernité et la rapidité du shinkansen n'empêchent ni la méditation, ni la contemplation des cerisiers en fleurs. Les explications claires et détaillées d'Irena Trevisan accompagnent à merveille les photos de ce beau livre dont l'intérêt est aussi d'explorer des régions plus méconnues du Japon, en dehors des traditionnels Kanto et Kansaï.
Accompagné des commentaires précis et pertinents de l'auteure, ce document sobrement intitulé Japon souffre tout de même de quelques défauts. D'abord les photos, certes magnifiques, ont été piochées dans une base de données et ne sont donc pas des productions d'Irena Trevisan, ni même le fruit d'une collaboration avec un photographe, et ensuite, textes explicatifs et photos ne partagent pas toujours la même page, ce qui oblige à chercher les références dans les pages précédentes ou suivantes.
Le livre reste cependant un véritable plaisir des yeux et une belle invitation au voyage.


Des mille et une façons de quitter la Moldavie

Des mille et une façons de quitter la Moldavie

De Vladimir Lortchenkov
Traduit par Raphaëlle Pache
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 6,70 €
vendredi 11 janvier 2019 3 étoiles

"L'Italie, c'est un pays magnifique, la promesse d'un travail sans effort. De l'argent, de la propreté, des musées, des tableaux, de la nourriture..."
Voici l'Italie telle que la rêve le Moldave Séraphim Botezatu, du village de Larga, depuis son plus jeune âge, avant même l'effondrement de l'URSS et la misère qui s'en est suivie, avant même que l'immigration soit à la mode et que 200 000 Moldaves fuient leur pays pour s'installer illégalement dans cet eldorado merveilleux. À Larga, Séraphim a fait des émules et ils sont nombreux à vouloir abandonner une maison qui s'écroule, un champs qui ne donne pas, un labeur épuisant, la crasse et la misère, pour l'Italie où une femme de ménage peut gagner jusqu'à 1000 euros ! Même le président se verrait bien pizzaiolo dans une quelconque ville italienne. Mais la botte ne veut pas de tous ces hommes de bonne volonté. Alors les villageois redoublent d'ingéniosité pour atteindre ce pays de cocagne tellement inaccessible que certains sceptiques vont jusqu'à dire qu'il n'existe pas.

Mieux vaut en rire qu'en pleurer pourrait être le sous-titre de ce roman du moldave Vladimir Lortchenkov qui a choisi la farce déjantée pour raconter son petit pays qui détient la triste palme du pays le plus pauvre d'Europe. Mais derrière la loufoquerie et l'absurdité des situations, il faut voir la souffrance d'un peuple abandonné de tous qui se débat avec la misère, la corruption et la fuite des forces vives vers un horizon plus lumineux. Ici c'est l'Italie qui tient lieu de but ultime pour ces paysans dont la terre est trop pauvre pour les nourrir. Et tous les moyens sont bons pour accéder à ce paradis sur terre, du sous-marin fait maison à la création d'une équipe de curling, en passant par une sainte croisade ou un tracteur volant. Toutes ces tentatives sont vouées à l'échec mais reflètent bien la détermination des Moldaves à trouver en Europe une vie meilleure.
Humour noir, cruauté et poésie pour un livre sympathique mais qui tourne un peu en rond. Une curiosité venue de l'Est.


Train de nuit dans la Voie lactée, nouvelles

Train de nuit dans la Voie lactée

nouvelles
De Kenji Miyazawa
Traduit par Hélène Morita
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 8,10 €
Dimanche 06 janvier 2019 4 étoiles

Gauche, un violoncelliste, améliore ses performances grâce à des professeurs étonnants et découvre que sa musique peut guérir. Dans un village de montagne, des écoliers voient arriver un nouveau camarade, c'est Matasaburo, le fils du vent.
Giovanni, moqué par ses camarades, s'évade en montant dans le train de la voie lactée.

Animaux doués de la parole, garçon qui apparaît et disparaît avec le vent, voyage onirique dans les étoiles, en trois nouvelles Kenji Miyazawa mêle habilement le fantastique et le terrien. Au cœur de ses histoires, la nature omniprésente, le rêve, l'enfance mais aussi la disparition et la mort, ou plutôt le passage de la vie à la mort, comme un voyage vers l'au-delà empreint de sa foi bouddhiste.
Trois nouvelles, trois univers et toute une palette d'émotions : optimisme et sourire avec Gauche, nostalgie avec Matasaburo, magie, poésie, chagrin avec Giovanni.
Beauté des mots, poésie et onirisme, merveilleux et fantastique, pour un auteur à découvrir.


Un noël à River Falls

Un noël à River Falls

De Alexis Aubenque
Indisponible sur notre site Indisponible sur notre site
Samedi 22 décembre 2018 3 étoiles

Alors que River Falls se pare de ses plus belles lumières pour célébrer Noël, le shérif Mike Logan n'est pas à la fête. Sa paisible petite ville est à nouveau secouée par un drame. Un adolescent a été tué dans une cabane au fond des bois tandis qu'un autre a réussi à s'échapper, juste avant de se faire percuter par un camion lors de sa fuite effrénée. Traumatisé, le survivant dit avoir été enlevé et le spectre de la pédophilie se profile à nouveau à River Falls. Alors Logan fonce, trouve un suspect et l'arrête. Pourtant, la victime change sa version des faits. Nathaniel, toujours à l'hôpital, fait partie d'une secte nouvellement installée en ville, les Enfants de Marie. Est-ce pour ne pas froisser sa communauté qu'il garde des éléments secrets ?

Retour à River Falls aux côtés du shérif Mike Logan, de sa compagne la profileuse Jessica Hurley et de la journaliste Leslie Callwin. Et ils sont fidèles à eux-mêmes. Logan, macho, sanguin, toujours sûr de son fait, toujours persuadé de tenir son suspect sans preuve de sa culpabilité. Jessica, parfaite, irrésistible, fine psychologue. Callwin, déterminée, prête à travestir la vérité pour parvenir à ses fins, peu confiante en elle malgré les apparences. Sans oublier les étudiants de l'université de la ville, essentiels aux intrigues de cette série. Ils sont comme d'habitude libidineux, riches et stupides. Rien de nouveau donc sous la neige de River Falls, sauf bien sûr Les Enfants de Marie, une secte religieuse dirigée par une gourou ancienne chanteuse de country, qui vit en vase clos en refusant plus ou moins la modernité. En bref, des amish qui utilisent le chauffage central, la voiture et occasionnellement le téléphone portable.
Sans dévoiler l'intrigue, on peut dire que l'auteur a voulu faire passer un message de tolérance dans deux directions, la religion et l'homosexualité. On ne peut qu'agréer même si choisir une secte n'est pas forcément une idée pertinente...Quant à l'homosexualité, le sujet est bien traité et met en évidence l'homophobie destructrice qui sévit encore dans tous les milieux, chez les étudiants, dans les riches familles, dans les sectes religieuses évidemment et aussi parmi les forces de l'ordre puisque le shérif montre encore une facette de sa personnalité si ''attachante'', lui qui n'est pas homophobe, mais...
En résumé, des trois opus de la trilogie, celui-ci est le ''moins pire''. Le sujet est intéressant, le suspens est au rendez-vous. Par contre, on y retrouve les travers d'Alexis Aubenque qui ne sait décrire ses personnages que dans l'outrance et la caricature. Mieux mais loin d'être parfait.