L'Âge de la lumière
EAN13 : 9791032904022
ISBN :979-10-329-0402-2
Éditeur :L'Observatoire
Date Parution :
Collection : FICTION
Nombre de pages :444
Dimensions : 20 x 14 x 3 cm
Poids : 524 g

L'Âge de la lumière

De

Traduit par

Paris, 1929. Lee Miller, une jeune américaine, débarque à Paris.

Mannequin, belle comme le jour, elle rêve pourtant de passer derrière l’objectif, animée d’une seule passion, d’une unique obsession : la photographie.

Presque par hasard, Lee attire l’attention de Man Ray, illustre photographe gravitant dans le Montparnasse surréaliste de Dalí et sa bande d’extravagants artistes. Mais pour Man Ray, Lee demeure la muse par excellence. Entêtée, la jeune femme réussit le convaincre de lui donner sa chance. Elle deviendra l’assistante, l’élève, puis l’amante du grand photographe. Dans l’intimité de la chambre noire, leur art et, très vite, leurs corps se lient et s’unissent. Mais alors que Lee se révèle une artiste hors pair, Man, jaloux maladif et génie égocentrique, ne peut bientôt plus supporter l’ascension de celle à qui il a tout appris.

Des cabarets du Paris bohème aux champs de bataille d’une Europe déchirée par la Seconde Guerre mondiale, de la découverte de techniques de photographie révolutionnaires à l’immortalisation de la libération des camps de concentration, Lee Miller s’impose comme une artiste absolue, une femme hors du commun.

Sophie Bastide-Foltz (Traduction) a également contribué aux livres...

Sauve-toi !

Sauve-toi !

Kelly Braffet

Le Rouergue

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
Les lunes de Mir Ali

Les lunes de Mir Ali

Fatima Bhutto

Les Escales Éditions

Indisponible sur notre site
Le faucon errant, roman

Le faucon errant, roman

Jamil Ahmad

Actes Sud

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,80 €
Les anagrammes de Varsovie

Les anagrammes de Varsovie

Richard Zimler

Buchet-Chastel

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,00 €
Madame Hemingway

Madame Hemingway

Paula Mclain

Buchet-Chastel

Indisponible sur notre site
Un bon musulman, roman

Un bon musulman, roman

Tahmima Anam

Actes Sud

Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 22,90 €
En savoir plus sur Sophie Bastide-Foltz

2 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

5 étoiles

Par .

**" L'âge de la lumière " de Whitney Scharer**
**est le coup de coeur de la librairie Saint Pierre à Senlis
****[dans le q u o i  l i r e ? #80](https://www.onlalu.com/2019/09/10/quoi-
lire-80-coup-de-coeur-libraires-47762?overlay=SaintPierre)**

Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u

Portrait d'une femme lumineuse

4 étoiles

Par . (Librairie La Grande Ourse)

On connait Man Ray, le photographe de génie et surréaliste. Mais qui connait Lee Miller, celle qui avec Kiki de Montparnasse, a partagé la vie du peintre et surtout son talent? Whitney Scharer dans son premier roman, redonne vie à cette femme injustement oubliée.

Lee Miller, qui partagea la vie de Man Ray de 1929 à 1932, sujet de nombreuses photos de l’artiste américain, fut aussi une grande photographe, apprenant dans la chambre noire de l’artiste américain les principes techniques avant d’expérimenter elle même ses propres idées en labos et dans la rue, pour devenir finalement, pendant la seconde guerre mondiale, une photo-reportrice entrant notamment à Dachau peu de temps après la libération du camp.
Mannequin new-yorkais, d’une beauté exceptionnelle, elle se lasse de n’être que sujet et veut devenir actrice de sa vie. De son père, omniprésent, écrasant, dont Whitney Scharer laisse transparaître par petites touches une relation ambiguë avec sa fille adorée et déifiée, elle a retenu le goût de la photo, de l’image. C’est à Paris que se fait en cette année 1929, la vie intellectuelle mondiale. Lee Miller débarque au Havre avec un vieux Graflex, dont elle ne sait se servir et qu’elle se fera voler rapidement. Munie de sa seule beauté, elle va bientôt rencontrer au hasard des cafés le monde qu’elle est venue chercher: celui des artistes, d’Eluard à Picasso en passant par Cocteau à Tzara. Et bien entendu Man Ray, épuisé d’une très longue relation avec Kiki de Montparnasse, qu’il a immortalisée notamment dans cette célèbre photo de la femme violoncelle. Whitney Scharer décrit alors, dans un milieu parisien débordant de créativité mais aussi de bassesse et de jeux de cour, le début de cette relation, relation d’artiste à assistante d’abord, puis d’artiste à modèle, puis d’artiste à élève, puis d’artiste à maitresse, et surtout d’artiste à artiste. A travers ce Paris où Breton fait la pluie et le beau temps, les femmes ont du mal à exister en dehors de leur beauté et de leur corps. Picasso les regarde, s’en sert, les utilise, les jette et parfois les détruit. Plus subtile est la relation de Man Ray avec Lee Miller et le récit démontre, à défaut de volonté de partager l’espace de la création, du moins l’absence apparent de désir d’appropriation du travail de l’autre. Exemplaire est ainsi l’épisode de la découverte involontaire du procédé de la solarisation qui sera l’originalité de la deuxième partie de l’oeuvre de Man Ray et dont la création revient probablement à Lee Scherer, oubliée très souvent dans l’Histoire.

Le roman monte ainsi en puissance montrant en détail comment la volonté émancipatrice de la jeune femme soucieuse de créer son univers photographique se heurte à une absence totale de reconnaissance de Man Ray qui ne voit en son amante qu’une femme, qu’un corps mais jamais une artiste, une égale. Le style parfois maladroit, si il s’attarde un peu longuement sur le désamour progressif de Lee pour l’homme Ray, en maniant parfois des facilités littéraires, est plus efficace quand il devient le support d’un parti pris qu’il faut bien appeler féministe. Lee Miller ne fit pas que développer les films de Man Ray ou montrer un visage parfait souligné par les effets volontaires de la solarisation. Elle fut aussi une créatrice talentueuse et le mérite principal de l’ouvrage est de montrer cette ascension intérieure. Lee Miller n’est plus désormais seulement l’égérie de Man Ray. Elle est une femme artiste.
En cela déjà ce livre est nécessaire.
Eric