Trencadis
EAN13 : 9782374911588
ISBN :978-2-37491-158-8
Éditeur :Quidam Édition
Date Parution :
Collection :Made in Europe
Nombre de pages :376
Dimensions : 20 x 14 x 2 cm
Poids : 474 g

Trencadis

De

Je montrerai tout. Mon cœur, mes émotions. Vert - rouge - jaune - bleu - violet. Haine -amour - rire - peur - tendresse.»

Niki hait l’arête, la ligne droite, la symétrie. A l’inverse, l’ondulation, la courbe, le rond ont le pouvoir de déliter la moindre de ses tensions. Délayer les amertumes, délier les pliures : un langage architectural qui parlerait la langue des berceuses. Aussi vit-elle sa visite au parc Güell comme une véritable épiphanie. Tout ici la transporte, des vagues pierrées à leur miroitement singulier. Trencadis est le mot qu’elle retient : une mosaïque d’éclats de céramique et de verre. De la vieille vaisselle cassée recyclée pour faire simple.

Si je comprends bien, se dit-elle, le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction. Concasser l’unique pour épanouir le composite. Broyer le figé pour enfanter le mouvement. Briser le quotidien pour inventer le féérique. Elle rit : ce devrait être presque un art de vie, non ?

Caroline Deyns (Auteur) a également contribué aux livres...

Perdu, le jour où nous n'avons pas dansé
Sur commande, habituellement expédié sous 4 à 7 jours ouvrés 19,00 €
Tour de plume

Tour de plume

Caroline Deyns

Philippe Rey

Indisponible sur notre site
En savoir plus sur Caroline Deyns

3 Commentaires 5 étoiles

Identifiez-vous pour écrire un commentaire.

Commentaires des libraires

5 étoiles

Par . (Librairie Clareton des Sources)

Un grand roman qui rend hommage à la femme unique que fût Niki de Saint Phalle.
Portrait d'une femme puissante, féministe avant l'heure, créatrice iconoclaste, sachant faire face à l'impensable et l'innommable qui fracassent l'existence à jamais.
Un texte brillamment construit, entrecoupé d'entretiens fictifs, de citations, d'extraits d'archives ou de réflexions sur la condition féminine.
Formidablement écrit, "Trencadis" sera, sans conteste, un très grand succès de la Rentrée Littéraire 2020.
.
Conseillé par Chloë

Commentaires des libraires

Une mosaïque magnifique

5 étoiles

Par . (Librairie La Grande Ourse)

Raconter la vie de Niki de Saint Phalle de manière linéaire. En trois temps par exemple. Premier temps: Catherine de Saint Phalle née le 29 Octobre 1930 à Neuilly. Deuxième temps: vie et souffrances de Niki, artiste plasticienne. Troisième temps enfin: mort de Niki le 21 Mai 2002 en Californie. Impossible et inconcevable compte tenu de l’existence tourmentée de l’artiste. Comme si une vie n’était qu’un début, un milieu, une fin. Comment faire alors ? Comme l’oeuvre de Niki, partir de « la dislocation vers la reconstruction », « broyer le figer pour enfanter le mouvement », utiliser le Trencadis cette mosaïque d’éclats de céramique et de verre pour reconstituer un tout. De la vieille vaisselle recyclée. Comme Gaudi dans le parc Güell, comme Caroline Deyns dans son récit.

L’écrivaine va ramasser de ci de là de multiples éclats, elle va les raconter, les poser, les coller sur la feuille. Peu importe leur origine. Ici un forain qui va prêter sa carabine pour faire exploser ces tableaux cible. Là, deux femmes d’aujourd’hui conversent sur la voisine qui a abandonné ses enfants, devisant sur l’instant maternel, le féminisme, la liberté. Ou encore Eva Aeppli, la femme de Jean Tinguely, qui nous explique comment elle mit son amant dans les bras de Niki. Comme dans les oeuvres de Niki, la forme est disparate, multiple, selon les périodes, les époques. La chronologie est explosée et pourtant la vision globale du récit est claire, nette, compréhensible, magnifique. Le lecteur a simplement le sentiment d’avoir pris le recul nécessaire pour admirer l’oeuvre, la vie, dans son ensemble. Ce petit pas en arrière, de côté qui ouvre la perspective et dévoile les ombres et la lumière. La lumière, la sculptrice la capte par sa beauté qui lui donne un côté « jeune fille de bonne famille », bourgeoise, capable d’impressionner la pellicule pour un mannequinat qu’elle rejette, trop superficiel et anodin. Cheveux lissés, collier de perles, on dirait dans son milieu que l’on peut lui « donner le Bon Dieu sans confession ». Mais dans son milieu, comme dans tous les milieux, l’enfance est le moment de tous les dangers et le traumatisme qu’elle va subir à l’âge de 11 ans, le viol par son père, va projeter sur toute sa vie ses maléfices: mariage précoce, enfants abandonnés, internement psychiatrique, la litanie de souffrances va pouvoir s’égrener jusqu’à la mort.

Pourtant, la vie révèle aussi de belles choses et le corps de Niki suit les méandres de son oeuvre, ce corps essentiel, qui lui sert au plaisir et à exprimer ses sentiments: les courbes, comme celles de ces Nanas trop souvent réductrices de son oeuvre, pour « déliter la moindre de ses tensions », « l’arête, la ligne droite, la symétrie » comme signe de détestation. Eclats de verre à côté de morceaux de céramique, dans ce livre à nul autre pareil, sous le regard hypnotique de Niki, qui semble interroger le lecteur, Carolyne Deyns, saisit l’essentiel, le mal être d’une femme coincé au départ entre les conventions sociales de son milieu et sa volonté d’être libre, de s’affranchir de l’indicible.
Les voix sont multiples, le collage des mots et des pages, magnifique et parfaitement agencé sous l’apparence du chaos. Le livre explique la création multiforme de Niki, qui trouvera son aboutissement final dans son fameux jardin des Tarots en Toscane, mais épouse aussi la cause féministe: mère ou artiste? Femme ou maitresse? Potiche ou amante? Niki de Saint Phalle fut à la croisée des réponses, décidant parfois de faire tout exploser faisant surgir le sang sur des toiles blanches, ou refusant le « gribouillage-noir noir noir » pour sculpter des femmes au gros ventre « qui ont mangé le ciel le soleil les nuages l’arc-en -ciel et tout ».

Eric

Une femme kaléidoscopique

5 étoiles

Par .

Installez vous confortablement, à vos côtés vous aurez au préalable préparé une théière fumante et quelques carrés de 🍫 et dans l’une de vos mains Trencadis. Résultat, vous êtes parés pour un délicieux moment de #lecture.
Caroline Deyns vous accompagne sur le chemin de la découverte de Niki, Christine Marie-Agnès Fal de Saint-Phalle. Cette biographie, romancée, au titre évocateur : Trencadis, un terme technique de mosaïque (détruire un motif pour en reconstruire un nouveau) définition qui correspond parfaitement à sa vie . [p209] de retour à New-York, elle revoit ses parents et leur signifie “qu’elle va bien maintenant loin d’eux, qu’elle a réussi à reconstruire cette fille qu’ils avaient patiemment mise en pièces, qu’elle est bloc, et grosse, de projets, de plaisirs, d’avenirs.”
Le titre et la forme originale de ce #roman collent parfaitement à la femme kaléidoscopique, mannequin, actrice, “Artiste” à la fois fragile, dépressive, forte, exubérante et passionnée ; bref une lecture passionnante !